JH14 Avocats

Quelles sont les raisons de la faillite bancaire qui a touché la Silicon Valley Bank

La chute en mars 2023 de la Silicon Valley Bank a considérablement affecté le marché des start-ups aux Etats-Unis et en particulier, le secteur de la tech.

L’Etat Fédéral avait pourtant tout fait pour agir rapidement en prenant immédiatement le contrôle de la banque et en s’engageant à garantir les dépôts des clients.

Cela n’aura pourtant pas suffit à endiguer la crise et les entrepreneurs, comme les spécialistes du domaine, (avocats, investisseurs…), craignent une propagation des faillites en France et un accroissement des dépôts de bilan et liquidations judiciaires.

Voici donc les raisons de la chute de la Silicon Valley Bank, vues par nos avocats experts des faillites et des situations de crise.

La faillite de la Silicon Valley Bank vue par les avocats experts des liquidations judiciaires et situations de crise

La première raison expliquant la liquidation de la banque des start-ups est sa spécialisation dans le secteur high-tech. Ainsi, une récession de ce secteur à la suite du déconfinement a suffi à faire apparaître les premières difficultés.

C’est pourquoi, quelle que soit la société en difficulté, qu’il s’agisse d’une banque, d’une start-up ou d’une entreprise plus classique, les avocats ont tendance à conseiller la diversification des domaines d’investissement.

L’investissement concentré dans un seul domaine de prédilection n’est jamais une bonne idée en cas de faillite de ce secteur.

Le secteur des nouvelles technologies rencontrant des difficultés, les start-ups de la tech ont été contraintes d’utiliser leurs liquidités et ont souhaité récupérer un maximum de fonds déposés auprès de leur banque. Ces ordres de retrait massifs, provenant d’entreprises clientes en difficultés ont conduit la Silicon Valley Bank à céder une large partie de son porte-feuille d’investissement pour récupérer des fonds.

Néanmoins, la valeur de ces investissements a considérablement baissé en 2022.

Les pertes de la banque suite à cette liquidation sont colossales puisqu’elle a enregistré plus de 1 800 000 dollars de déficit. Parallèlement, la Banque a annoncé vouloir lever 2,25 milliards de dollars pour faire face aux retraits de ses clients. Cette annonce, prononcée en période de crise, n’a pas eu l’effet escompté, bien au contraire.

 

Cette annonce a créé le vent de panique qui a précipité sa chute

L’effondrement express d’une des plus grandes banques de start-up a été précipité par un épisode dit de « Bank Run » ou panique bancaire. L’effet « Bank Run » a été causé par l’annonce de Peter Thiel, fondateur de Paypal, qui a vivement conseillé les start-ups de retirer le plus rapidement possible leurs fonds de la banque, prédisant un épisode de faillite bancaire et financière sans précédent.

Résultat, c’est plus de 42 milliards d’ordre de retrait par les clients de la banque, ce qui représentait 25% de l’ensemble des dépôts de la banque.

La Silicon Valley Bank ne disposant pas de ces liquidités, elle a été contrainte de déclarer la faillite de son établissement.

La prochaine étape pour la Silicon Valley Bank ? Soit le rachat par une grande banque américaine, comme cela fut le cas pour la Washington Mutual en 2008, soit elle sera nationalisée.

Quelles conséquences pour les start-ups de la tech en France ?  A priori, la crise de la Banque de la tech ne devrait pas impacter le marché des nouvelles technologies en France a immédiatement déclaré Bruno Lemaire, Ministre de l’Economie et des Finances. Néanmoins, un léger impact sur le CAC 40 a été remarqué au lendemain de l’annonce de la faillite.

 

En tout état de cause, si votre entreprise rencontre des difficultés, soit en raison de la crise du secteur des nouvelles technologies, ou en raison des répercussions de la faillite de la Silicon Valley Bank en France, il vous est vivement conseillé de consulter rapidement un avocat expert des procédures collectives, liquidations judiciaires et plus généralement, des situations de crise.

Votre avocat vous accompagnera, vous conseillera et vous représentera afin de vous permettre d’éponger vos dettes et de poursuivre votre activité tout en protégeant votre patrimoine personnel.

 

 

Pour en savoir plus sur l’accompagnement des avocats en cas de difficultés

Consultez notre article sur « La cessation des paiements et la liquidation judiciaire »

LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email